Rechercher

"Laisse toi surprendre"

Mis à jour : mai 4


Me laisser surprendre par "qui-je-suis -vraiment-même-si-ça-m'arrange-pas-toujours", et suivre mon désir comme un GPS, voilà le moyen que j’ai trouvé pour retomber amoureuse de la vie après l’avoir esquivée pendant 30 ans.


J’adore apprendre. C’est étrange d’écrire cette phrase tant l’école a été un enfer d’ennui pour moi. Dans mon parcours de formation, j’ai toujours voulu trouver des outils précis et efficaces pour accompagner aux mieux mes client(e)s. J’ai voulu tout essayer, et tout comprendre.


Comme je suis curieuse de nature et que je pige plutôt vite (quand ça m’intéresse) j’y parvenais plutôt facilement. Quand je dis que « j’y parvenais facilement», disons que je sortais de formation apte à pratiquer, mais débutante. Encore et toujours débutante.

Puis je pratiquais sur des volontaires ou des proches pour me faire la main. Et invariablement, la joie disparaissait. Chaque nouvel outil venait remplacer le précédent, alors qu’à chaque fois, j’avais l’intime conviction d’aller vers quelque chose de plus performant, précis, complet.

Si je décidais d’approfondir un sujet et m’y consacrer pleinement, l’ennui et le désintérêt arrivaient rapidement. J’orientais finalement mon attention sur autre chose. Ces cycles Attraction / Répulsion me dépassaient complètement.

En réalité je ne m’appropriais rien. Je prenais mon avidité pour de pluridisciplinarité et de la curiosité. Je n’avais pas d’objectif plus précis que de vouloir « être une bonne thérapeute».

J’attendais (inconsciemment) de la technique qu’elle nourrisse ma curiosité, et satisfasse mon besoin d’amusement d’insatiable de petit gémeau sauvage.

Où je veux en venir avec mon historiette ?

Si comme moi tu traverse ce genre de cycles répétitifs hyper décourageants, tu es peut être dans une quête de précision excessive, avec en arrière plan un gros tas de peurs saupoudrées de tendance au contrôle ?

J’ai envie de t’en parler pour t’éviter (peut être) de passer à coté de ce qui est autrement plus important: Comme apprendre à te connaître, à t’écouter, et progressivement, te créer un cadre propice à l’expression de toi.

Sinon ça donne :

Une tonne d’essais = une tonne de techniques = une tonne de loose et de déception.

Imagine une plombier en panique qui déboule dans ton appart avec 36 caisses à outils pour déboucher ton évier....


T'aurais pas plutôt envie d'embaucher un type tranquille et sûr de lui avec sa simple clé à molette (et sa raie apparente) ?


Un type qui ne voue PAS un culte à sa clé de 12.

Qui ne passe PAS son temps libre à chercher une nouvelle clé à molette en attendant d’être frappé par une sorte de révélation divine.



« ça y est...j’ai trouvé THE ONE !! L’Ultime clé à molette. Gloire à la cléééé »

Bref, l’outil n’a pas une importance si centrale.

C’est un moyen de parvenir à ton objectif, ça n’est PAS l’objectif.


C’est évident dis comme ça, mais j’ai passé des années à me planquer derrière cette pseudo quête du Graal thérapeutique pour ne pas oser pratiquer et ne pas me faire confiance.

La tonne d’outils et de diplômes c’était juste une armure de papier pour me rassurer, me donner de la contenance et me protéger de la peur de pas être compétente.

Ce qui compte aujourd’hui pour moi c’est où je veux emmener mes clientes ?

Qu’est ce qui est si important que je pourrais en parler des heures ?

Qu’est ce qui me nourris si profondément que je suis prête à y consacrer toutes mes journées ?

Le « comment j’y arrive » c’est l’étape d’après. Et si je suis en place, ça a de fort chance de venir très naturellement, tout en douceur.

Si tu es dans ce flou artistique, et que tu ne sais pas vraiment ce qui pourrait te nourrir, voilà une piste pour commencer à te rebrancher sur TOI et tes désirs:

Il va falloir te mettre en quête de ce carburant inépuisable qui te booste dès que tu y pense.


L’idée c’est retrouver ce qui génère en toi de l’énergie à tous les coups. Mais y parvenir (même en partie) demande de faire tomber pas mal de croyances et de faux semblants.

Se reconnecter à ses vrais désir libère tellement d’énergie, et t’expose potentiellement à tellement d’intensité, que ton ego va vouloir planquer le truc de toutes ses forces. Et il va y parvenir (en partie au moins), parce qu’il te connaît à la perfection et qu’il est trèèèèèès balaise pour ça.

Donc encore et encore, il va falloir rebrancher ce qui te met vraiment le feu. Ne pas s’arrêter aux premières réponses toutes faites qui vont arriver. Accepter de commencer par des petites idées qui te mettent sur la voie, et accepter de prendre le temps d’ajuster et d’ajuster encore jusqu'au feu d'artifice.

Quel est le truc que tu fais sans compter les heures depuis ton enfance ?

Le genre d’énergie qui te fait frissonner? Les scènes de films qui te foutent en transe etc.. ?

Petit à petit une trame va se dessiner, puis tu pourras en capter l’essence. Ensuite à toi de faire le choix de l’assumer (ou pas) et de l’insérer dans ta vie, ton métier, tes relations.




Quand j’ai commencé, je me suis retrouvée d’abord devant RIEN.

Pas d’élan, pas de joie, aucune évidence. J’ai du fouiller dans mon enfance pour me réanimer. Puis avec une tonne d’images m’a assailli.

J’ai donc commencé à écrire tout ce qui venait. En me relisant, je sentais que j’étais sur une piste, mais ça ne me générait pas encore l’effet explosif que je cherchais. Plutôt du stress et de la honte. Pour te donner une idée, je voyais cette scène du seigneur des anneaux en boucle.

Puis j’ai repris ma feuille tous les jours, jusqu’à ce qu’un truc s’ouvre fort en moi. (Avalanche d’énergie, de joie et de peur. Beaucoup de peur, parce qu’il faut assumer après.)

Dans la pratique, ça m'a apporté une vision plus CLAIRE et un besoin de simplicité : Cette semaine j’ai supprimé des tonnes de contenus et de propositions de mon site web.

J’ai remplacé tous les intitulés grandiloquents par « Accompagnement individuel et Soins énergétiques ».

Ce qui compte c'est l'intention derrière: Faire rayonner la puissance des Femmes. Tchao les 250 propositions bancales façon menu de restau chinois.



J’ai encore des choses à ajuster, mais je connais mon cap :


Des femmes

– De l’honnêteté totale

– De l’intensité

– De l’animalité

– De la joie et de la puissance


Le tout mélangé dans une grosse marmite de bienveillance et d'amour. Moi ça me fout LA PATATE rien que de l'écrire !!





Pour finir, je dirais que le seul GPS qui vaille désormais pour moi, c’est le désir et la joie.

Ça n’efface pas les embûches, les crises ou les doutes, mais ça donne une force dingue pour garder le cap.

Je t’invite à t’offrir ce temps précieux et nécessaire à la découverte de qui tu es. Laisse toi surprendre par toi-même, laisse tomber les vieux masques, les croyances et les valeurs que tu as confondu avec toi.

Charlotte - L’Athanor


0 vue